Emploi

Quelques exemples de projets, initiatives et services d’information destinés aux travailleurs frontaliers

Pour dépasser les difficultés d’accès au marché du travail de l’autre côté de la frontière de multiples projets ont vu le jour. La coopération franco-allemande est particulièrement dynamique sur cette thématique.

Au niveau local :

  • Les services transfrontaliers de placement pour l’emploi (France-Allemagne) : cinq services de placement transfrontalier franco-allemands ont été mis en place afin de favoriser l'emploi et l'adéquation entre l'offre et la demande de part et d'autre du Rhin. Pôle Emploi et l’Agence fédérale pour l’emploi (Bundesagentur für Arbeit) travaillent depuis plusieurs années à l’amélioration du placement transfrontalier. En 2018, plus de 2 500 demandeurs d’emploi ont été accompagnés de chaque côté de la frontière, permettant ainsi à un demandeur d’emploi sur deux de trouver un travail.
  • "Réussir sans frontières" : ce projet franco-allemand (2016-2018) visait à favoriser l’insertion sur le marché du travail transfrontalier en coordonnant et en adaptant la formation aux offres d’emploi vacantes. Le projet a permis la création d’un site web bilingue (https://reussirsansfrontiere.eu/) sur la formation professionnelle et l’apprentissage, les cours de langue et outils d’accompagnement des publics, des ateliers de soutien à la recherche d’emploi, des permanences franco-allemandes, et des aides à la mobilité.
  • "MOSA" - Maison Ouverte des Services pour l’Allemagne : inaugurée en juillet 2015, la "MOSA" est un centre d’accueil, d’information et d’accompagnement au service des habitants et des entreprises du territoire transfrontalier. Elle facilite au quotidien les démarches des frontaliers (environ 17 000 travailleurs frontaliers de la France vers la Sarre).
  • Le projet Empleo : l'Eurorégion Nouvelle Aquitaine-Euskadi-Navarre conduit le projet européen "Renforcer l'Europe : développement d'un bassin d'emploi eurorégional Aquitaine-Euskadi", financé par le programme Interreg POCTEFA. Ce projet (2016-2017) a établi un diagnostic sur la réalité de l'emploi transfrontalier à l'échelle de la frontière, livré des données de référence sur le sujet, promu l'Eurorégion comme territoire d'opportunité économique et pointé les éventuels obstacles à la libre circulation des travailleurs. Le projet a donné lieu à la réalisation d’un diagnostic publié en 2017.
  • "Compétences sans frontière" (France-Belgique) : lancé en octobre 2016 pour une durée de 4 ans, le projet vise à rapprocher l’offre et la demande sur le marché du travail transfrontalier dans la région France-Wallonie-Flandre en favorisant la mobilité professionnelle transfrontalière (au moyen de la diffusion d’informations et de formations). Il se spécialise dans les secteurs de l’agroalimentaire, du textile et de l’écoconstruction.
  • "Emploi sans frontières" : l’objectif est d’ouvrir le marché du travail franco-belge pour encourager le travail transfrontalier via la mobilité. Des ateliers pour accompagner les candidats (formations et informations sur la fiscalité et les démarches administratives à réaliser pour travailler de part et d’autre de la frontière), des rencontres avec les entreprises et d’autres actions sont menées par les quinze partenaires du projet.
  • Groupement transfrontalier européen "Services emploi" : au cœur de la région transfrontalière franco-suisse, le Groupement transfrontalier européen (GTE), créé en 1963, a mis en place un "service emploi" à destination des personnes en recherche d’emploi. Le GTE, qui représente 32 500 frontaliers, a plus généralement pour objectif d’informer et d’accompagner aux plans juridique, fiscal, social, les travailleurs frontaliers, entre la Suisse et la France. Le GTE a créé des maisons transfrontalières européennes en 2003 (guichet unique d’information transfrontalière ouvert au public français).
  • Réseau des INFOBESTs : instance d'information et de conseil pour les questions transfrontalières concernant la France, l'Allemagne et la Suisse implantée dans la Région trinationale du Rhin supérieur depuis 1991, le réseau des INFOBESTs renseigne directement les particuliers, les associations, les entreprises, les administrations, etc. sur les conditions de vie dans les trois pays. Les INFOBESTs traitent environ 5 000 demandes transfrontalières par an. Depuis la fin de la programmation opérationnelle du projet, les trois Etats voisins financent à parité la structure, la rapprochant ainsi d’un service public trinational.
  • "Frontaliers Grand Est" : centre de ressources et association mis en place par le Conseil régional de la Région Grand Est, il mène des actions destinées à faciliter la mobilité professionnelle de part et d’autre des frontières.
  • "Border People" : le site Internet "Border people" est un service d’accès centralisé pour informer sur la mobilité et l’emploi transfrontaliers à la frontière entre l’Irlande et l’Irlande du nord.

Au niveau européen :

  • Le Réseau des EURES : réseau de coopération visant à faciliter la liberté de mouvement des travailleurs au sein des États membres de l'Union Européenne. Il se compose de bureaux nationaux et européens de coordination, des partenaires EURES et des partenaires associés. Les partenaires du réseau peuvent inclure des services publics et privés de l'emploi, des syndicats, des organisations d'employeurs et d'autres acteurs pertinents du marché du travail. La communication s’effectue par le biais de son site internet et grâce à un réseau humain de près de 1 000 conseillers.
  • L’Autorité européenne du travail : structure permanente développée par la Commission Européenne, a pour but de :
    - Faciliter l'accès des employés et employeurs aux informations sur leurs droits et obligations ainsi qu'aux services pertinents.
    -
    Soutenir la coopération entre les pays de l'UE dans l'application transfrontalière du droit de l'Union, notamment en facilitant les inspections conjointes.
    -
    Servir de médiateur en cas de litiges transfrontaliers entre les autorités nationales