Espace catalan transfrontalier

Le potentiel du territoire transfrontalier

L’Espace catalan transfrontalier est un territoire de plus d’un million d’habitants qui s’étend sur plus de 10 000 km2, du département des Pyrénées-Orientales côté français (Catalogne Nord) à la Région de Gérone en Espagne.

Grace à sa position stratégique sur le corridor européen reliant la péninsule ibérique au reste de l'Europe, il offre un formidable potentiel d'ouverture sur le bassin méditerranéen. Par ailleurs, il connait une intensification de ses échanges internationaux, notamment avec le Maghreb et l'Asie.

De nombreuses similitudes caractérisent ces deux espaces séparés par la frontière franco-espagnole : une morphologie proche avec la présence à l’Est du littoral méditerranéen, des plaines urbanisées autour des deux principales agglomérations de Perpignan et de Gérone, et à l’Ouest une partie montagneuse nettement moins peuplée. Le territoire se caractérise également par une forte attractivité touristique, de nombreux emplois et la présence d’une culture commune : l’identité catalane. 

Néanmoins, ces territoires se différencient à de nombreux égards : au niveau économique, le côté Sud est plus industriel que le Nord qui se caractérise par une économie plutôt agricole et tertiaire. La différence culturelle est par ailleurs très forte dans le rapport au logement : côté Nord, le logement locatif et individuel prédomine, alors que côté Sud, la propriété en habitat collectif est majoritaire.

Parallèlement à une forte croissance démographique, le territoire de l'Eurodistrict connaît une forte augmentation du nombre d'emplois. Cependant, le territoire est affecté par le retournement conjoncturel provoqué par la crise économique et financière de 2008. Le taux de chômage a fortement progressé, notamment dans la région de Girona.

Les deux versants frontaliers se composent de maillages administratifs différents qui rendent la coopération transfrontalière difficile en raison d'une asymétrie des compétences.

Le Sud se constitue de huit comarques, collectivités supra-communales à vocation de développement de services locaux divers. Au Nord, les bassins de vie équivalents n'ont pas de réalité administrative (Conflent, Vallespir, Roussillon...). Les communes se regroupent au sein de structures intercommunales, les Etablissements publics de coopération intercommunale (EPCI). La Communauté d’agglomération "Perpignan-Méditerranée" est le principal EPCI du versant français et dix-neuf communes ne font pas encore partie d’un EPCI.

Autant d’éléments qui compliquent la coopération transfrontalière :

  • non seulement au sein de l’Etat français les structures administratives concernées par la coopération sont structurées de manière différentes,
  • mais également par le fait que leurs prérogatives sont réduites par rapport aux comarques espagnoles de la Communauté autonome catalane. 

Malgré le poids de l’histoire qui a contribué à éloigner ces deux territoires, leurs liens transfrontaliers demeurent cependant très solides. Aujourd’hui, les populations n’hésitent pas à traverser la frontière pour des raisons essentiellement liées aux pratiques commerciales et aux loisirs. Certaines se sont même installées définitivement de l’autre côté de la frontière comme ces nombreux Catalans du Sud qui vivent en Cerdagne française.

Ce sont ces caractéristiques, ces points communs, ces divergences et ces liens culturels et historiques qui font de cet espace un véritable bassin de vie transfrontalier. Et c’est ce territoire, baptisé "Espace catalan transfrontalier", que les autorités locales situées de part et d’autre de la frontière souhaitent doter d’un véritable projet transfrontalier commun, articulé autour d’actions concrètes.


Photo : le Mont Canigou vu depuis la Catalogne en Espagne.