Projet Metroborder

Pays : Allemagne, Belgique, France, Luxembourg
Frontière(s) : Allemagne-Belgique, France-Allemagne, France-Belgique, France-Luxembourg, Allemagne-Luxembourg, Belgique-Luxembourg,
Territoires :
Grande Région,
Programme(s) européen(s) :
Espon
Thème(s) :
- Agglomérations
- Observation
- Gouvernance transfrontalière et approches nationales

Porteur du projet : Grand Duché du Luxembourg

Lors du 11e Sommet de la Grande Région, la présidence luxembourgeoise, en concertation avec l’ensemble des entités membres de la coopération, s'est proposée d'entamer un processus visant le développement à long terme d'une région métropolitaine polycentrique transfrontalière (RMPT) au sein de l'espace de coopération. Ce processus a abouti au lancement du projet de recherche dénommé "METROBORDER GRANDE REGION" qui est porté par le programme européen de recherche ORATE (Observatoire en Réseau de l’Aménagement du Territoire Européen).

Partenaires

  • Land de Sarre
  • Région Lorraine
  • Grand Duché du Luxembourg
  • Land Rhénanie-Palatinat
  • Wallonie et Communauté française de Belgique
  • Communauté germanophone de Belgique

Objectifs du projet

L’objectif du projet de recherche appliquée est de mener une étude analytique permettant de définir un ensemble cohérent de stratégies visant la mise en place d’une région métropolitaine polycentrique transfrontalière aussi bien au sein de la Grande Région qu’ailleurs en Europe.
A plus long terme, la Grande Région souhaite renforcer, d'une part, sa cohésion interne et, d’autre part, consolider son positionnement européen, grâce à la réalisation progressive, coordonnée et structurée d’une région métropolitaine transfrontalière polycentrique.

Activités du projet

  • Faire une étude analytique opérée par un groupe de travail transnational (les universités des quatre pays sont impliquées) qui vise à définir les stratégies cohérentes que la Grande Région devra ensuite impulser.

    Le 2 mai 2011, les conclusions du projet METROBORDER étaient présentées au Comité des Régions à Bruxelles : 
    La faible institutionnalisation et l'intergouvernementalité caractérisent les structures de coopération transfrontalière existantes dans ces régions. Celles-ci sont notamment confrontées à l'organisation asymétrique des compétences politiques et administratives de part et d'autre de la frontière et doivent surmonter des clivages multi-niveaux. Le rapport formule un certain nombre de recommandations afin de pouvoir mieux exploiter le potentiel de ces régions : la nécessité de l'implication des acteurs municipaux et économiques ainsi que la possible délégation de mandats à des institutions supranationales stables. Selon l'étude, les efforts doivent porter en priorité sur les transports, l'aménagement du territoire, la recherche et l'innovation. Le rapport affirme aussi qu'une délimitation unique et exacte de ces régions n'existe pas. Celle-ci est au contraire amenée à évoluer suivant les domaines et les projets politiques. Enfin, l'Union Européenne est identifiée comme un acteur clef pour les RMPT parce qu'elle peut faciliter la coopération en mettant à disposition des autorités locales, régionales et nationales  des outils innovants.


Durée du projet

01/01/2009 – 31/12/2010