Contact

Dalila Chalani CIFAL Divonne TLI
Villa Rolland - 205 avenue des Thermes
01220 Divonne les Bains
France
Tel :
+33 (0)4 50 20 12 99
Fax :
+33 (0)4 50 20 12 99
Mail :
info@cifal-divonne.org

Lien(s)

Programme transfrontalier et régional de formation des acteurs locaux au développement durable

Pays : France, Suisse
Frontière(s) : France-Suisse,
Territoires :
Grand Genève,
Programme(s) européen(s) :
Interreg IIIA - France-Suisse
Thème(s) :
- Education, formation, langues
- Environnement, ressources, déchets

Porteur du projet : CIFAL Divonne TLI

L’Association CIFAL Divonne TLI, expression territoriale française du programme de coopération décentralisée de l’UNITAR (Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche) d’une part, et l’Université de Genève d’autre part, tous deux au titre "d’opérateurs de formation" mettent en œuvre 21 sessions de formation (voir le détail dans la rubrique "Activités"). Ce programme de formation est soutenu unanimement par les autorités franco-valdo-genevoises. Il s’articule autour de 21 sessions organisées à partir de 21 clés d’entrée du développement durable. Ces rencontres et sessions de formation permettent la mise en œuvre progressive d’un dialogue entre les élus locaux, l’administration publique, le secteur privé, le milieu académique et la société civile pour définir des axes transfrontaliers concertés de développement durable.
Le Cifal Divonne propose également de mettre son expérience de coopération transfrontalière en matière de développement durable au service d'autres régions transfrontalières.

Partenaires

Administration Publique :

  • Région Rhône-Alpes
  • Direction du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle
  • Préfecture de région Rhône-Alpes
  • Département de l’Ain
  • Département de Haute-Savoie
  • Communauté de communes du pays de Gex
  • Communautés de communes du Genevois

Objectifs du projet

  • Faire participer les communes et les structures intercommunales transfrontalières d’une manière active et concrète, aux décisions relatives au développement durable prises au niveau international
  • Définir une stratégie commune et harmonieuse, malgré les multiples instances de concertation et de décision, et malgré les nombreuses disparités législatives de part et d’autre de la frontière. Un cadre géographique a été déterminé et permet ainsi de mieux définir les attentes des différents partenaires pour une coopération renforcée, concertée et simultanée.
  • Nécessité de préparer les esprits : condition essentielle pour la mise en place du développement durable en général, et d’ "agendas 21 locaux" en particulier.
  • Nécessité d'informer et de former qui permettra d’établir des liens et préparer les différentes instances concernées afin de renforcer la collaboration entre tous les secteurs existants impliqués dans le développement durable.

Pour en savoir plus, téléchargez la plaquette de présentation du projet.

Public cible

Elus, fonctionnaires territoriaux, représentants du monde associatif, milieu académique, secteur privé…

Activités du projet

Les thèmes des 21 sessions de 2004, 2005 et 2006 ont été :

  1. Développement durable et enjeux transfrontaliers dans le bassin franco-valdo-genevois : session d’introduction du programme
  2. Les Déchets avec les notions de collecte, traitement, recyclage, réduction à la source et élimination propre.
  3. L’Energie est au cœur du développement et aussi la cause principale des pollutions. Dans un contexte de raréfaction des ressources, des efforts d’économie s’imposent en même temps que la nécessité de développer des technologies propres et alternatives pour accompagner le développement souhaité des pays du sud.
  4. Le Transport qui devient un problème majeur car il convient non pas d’amputer la liberté de mouvement et de mobilité, mais bien au contraire de trouver les solutions d’une mobilité durable
  5. La Gouvernance qui porte en son sein les nouvelles démarches de concertation, de participation pour un développement durable.
  6. Les Outils d’évaluation car le développement durable nous oblige à mettre au point des méthodes, des instruments, à définir des indicateurs pour être efficaces, outils qu’il nous faut définir dans la plus grande transparence et beaucoup de rigueur.
  7. Education, formation qui doivent être considérées comme un investissement pour garantir le passage à une prise de conscience du développement durable.
  8. Production industrielle et gestion durable des zones d’activités : écologie industrielle, certification des parcs industriels, normes…
  9. Santé, environnement et développement durable : quels liens ? car les liens avec l’environnement ne sont plus à démontrer (hygiène, accès aux soins, déterminants sociaux…)
  10. Economie, Emploi où il est généralement admis qu’ils doivent évoluer en intégrant des objectifs plus qualitatifs et non plus seulement quantitatifs et comptables.
  11. Ville et territoire, l’agglomération transfrontalière : la ville avec ses phénomènes d’urbanisation et de rurbanisation pour lesquels d’autres logiques doivent être mises en œuvre. Où en sommes-nous par rapport à l’agglomération transfrontalière ?
  12. L’Eau à travers une grille de lecture sur la ressource et le captage, les usages domestique, industriel, agricole, transports et énergie.
  13. Cultures et Patrimoines pour le maintien et la valorisation du patrimoine historique, culturel, socle d’une bonne intégration et expression des différences.
  14. La Biodiversité comprenant le patrimoine commun de l’humanité et les milieux permettant la conservation des ressources génétiques.
  15. L’Air avec son corollaire les pollutions atmosphériques et le changement climatique induit par les transports, les industries, l’habitat et l’agriculture.
  16. L’Agriculture qui traversant des difficultés (sécurité alimentaire, hormones, OGM…) est à la recherche d’un nouvel équilibre où l’économie ne peut plus être le ressort principal
  17. La Consommation pour mieux acheter, moins gaspiller et polluer, tout en étant solidaires avec ceux qui produisent, tout en assurant la satisfaction de ses propres besoins.
  18. La Coopération Internationale, paradoxalement, la Genève internationale qui abrite de nombreux organismes internationaux, ne porte pas de coopérations décentralisées originales.
  19. L’Habitat où l’accès au logement et le logement social deviennent des préoccupations particulièrement alarmantes dans les secteur.
  20. La Solidarité dont on ne rappellera jamais assez que le principal objectif de l’agenda 21 était l’élimination des exclusions
  21. Risques et aménagement du territoire.

Durée du projet

2002 - 2006

Coût total

621 800 €

Subventions européennes

310 900 €