Eurodistrict trinational de Bâle

Pays : Allemagne , France , Suisse
Régions concernées : Région Grand Est (FR) - Cantons de Bâle-Ville et de Bâle-Campagne (CH) - Land Bade-Wurtemberg (DE)

Sommaire

Présentation et historique

L'Eurodistrict trinational de Bâle (ETB) est situé au débouché de la vallée du Rhin et de la plaine d'Alsace, à la jonction de trois pays, l'Allemagne, la Suisse et la France. Ce bassin de vie, qui s'étend sur près de 2000 km2, est un espace très hétérogène.
Un tissu économique et un bassin de vie attractif ont pu se développer grâce à sa situation géographique très favorable. Dans les 250 communes de l’Eurodistrict trinational de Bâle vivent aujourd’hui un peu moins de 900 000 habitants. Son territoire couvre un large éventail de paysages, allant des zones urbaines dynamiques à Bâle aux espaces ruraux du Sundgau français, de la Forêt Noire en Allemagne ou du Jura Suisse. Ces territoires sont marqués par une forte interdépendance, caractérisés notamment par de nombreux flux de proximité (plus de 50 000 travailleurs frontaliers traversent quotidiennement ces frontières). L’agglomération tire une grande richesse de la diversité des secteurs qui la composent mais reste néanmoins un espace fragmenté.
Les collectivités territoriales ont rapidement reconnu la nécessité de coopérer étroitement entre elles afin de rendre l’espace transfrontalier attractif et de le doter d’une infrastructure adaptée. Leur engagement pour la coopération transfrontalière a abouti en 2007 à la création de l’Eurodistrict trinational de Bâle.

Historique de la coopération

La Ville de Bâle est le chef-lieu du Canton suisse de Bâle-Ville. Elle se trouve au centre d’un espace économique et d’un espace de vie cohérent s’étendant sur trois territoires nationaux (Suisse, France, Allemagne) séparés par le Rhin. La frontière actuelle s’est établie entre les Traités de Westphalie en 1648 et la réunion de Mulhouse et d’Illzach à la France en 1798.
L’agglomération est polycentrique et se compose d’un noyau principal (la ville de Bâle) entouré par des noyaux secondaires en Suisse (Liestal), Allemagne (Rheinfelden, Lörrach et Weil am Rhein) et en France (Saint-Louis et Huningue). Etant confinée dans des limites nationales étroites (notamment côté suisse), elle a un besoin vital d'espace pour se développer (infrastructures de transports en particulier et zones d'activités) et les seules réserves foncières importantes disponibles se trouvent du côté français.
Bâle est l'une des capitales mondiales du "médicament", plusieurs groupes pharmaceutiques (Novartis, Roche, etc.) y ayant établi leur siège. La partie suisse draine ainsi quotidiennement un peu moins de 30 000 travailleurs frontaliers en provenance de France,  et 38 194 en provenance d’Allemagne. Alors que 58 600 allemands traversent quotidiennement la frontière pour la Suisse, ce sont 34 300 français qui effectuent le même trajet.

La constitution de l’Agglomération trinationale de Bâle

La constitution progressive des frontières nationales, depuis la fin du Moyen-Âge jusqu'à l'émergence des Etats-Nations au XIXe siècle, a conduit à séparer l'agglomération bâloise en trois territoires politiques et institutionnels distincts. La réalisation de l'aéroport binational de Bâle-Mulhouse à partir de 1949 constitue le premier projet transfrontalier de l'agglomération.
C’est en 1963 à Bâle que naissent les premières initiatives en coopération transfrontalière (création de la Regio Basiliensis) dans une approche de développement économique. La coopération transfrontalière, entre les Cantons suisses, les collectivités allemandes et françaises n'a cependant été engagée que dans le courant des années 1990. La première étape de cette coopération a porté sur une démarche de planification commune. Cette démarche a débouché sur le concept d'Agglomération Trinationale de Bâle (ATB), qui à travers la définition de projets transfrontaliers a conduit les acteurs à envisager ce territoire transfrontalier comme un espace cohérent.
L'objectif essentiel était de renforcer le rôle de la ville centre et de l'agglomération trinationale de Bâle dans le réseau des grandes villes européennes en veillant à une réelle qualité de vie. Les objectifs principaux se déclinent en termes d'urbanisation et d'habitat, de transports, de développement économique et  de protection de l'environnement. Le besoin d’une organisation politique visant à mettre en place une structure territoriale transfrontalière efficace est donc réel.

La naissance de l'association ATB

Suite à la période de programmation Interreg II, les membres d'ATB ont souhaité institutionnaliser la démarche. En septembre 2001, une convention de coopération pour le développement territorial durable de l'agglomération trinationale de Bâle a été signée à Lörrach. Les acteurs locaux ont retenu la forme associative, en créant en janvier 2002 une association de droit alsacien-mosellan ayant son siège à Saint-Louis : "l’association pour le développement durable de l’Agglomération Trinationale de Bâle". 
L'association, au service des différentes institutions d’aménagement françaises, allemandes et suisses, avait pour mission d’approfondir et de coordonner le dialogue ainsi que de réaliser des projets communs transfrontaliers au niveau des trois pays, dans une optique de développement durable, concernant des domaines comme l’aménagement du territoire, les transports publics ou l’urbanisme.
En 2007, la création du premier Eurodistrict trinational a permis de poursuivre le travail de l’association au sein d’un cadre de coopération stable, renforcé et élargi.