Arc jurassien franco-suisse

Pays : France , Suisse
Régions concernées : France : Région Bourgogne-Franche-Comté ; départements du Doubs, du Jura, du Territoire de Belfort et de la Haute Saône
Suisse : Cantons de Berne, de Vaud, de Neuchâtel et du Jura.

Sommaire

Introduction

Les départements du Territoire de Belfort, du Doubs et du Jura (plus marginalement celui de la Haute Saône) côté français et les cantons du Jura, de Neuchâtel, de Vaud et de Berne côté suisse composent le territoire l’Arc jurassien. Cet espace de coopération est situé entre les deux grandes agglomérations transfrontalières de Bâle, au nord, et de Genève, au sud. Le territoire est traversé par le massif montagneux du Jura qui contraint la circulation transfrontalière en particulier en situation hivernale.  Trois ensembles urbains dominent l’Arc jurassien : les agglomérations de Besançon et Belfort-Montbéliard côté français et celle de Lausanne côté suisse.

La Conférence transjurassienne (CTJ) constitue depuis 2001 le volet institutionnel, politique et de concertation du territoire. Elle réunit la Région Bourgogne-Franche-Comté, la Préfecture, et les Départements de l’ancienne région Franche-Comté, ainsi que les Cantons de Berne, Vaud, Neuchâtel et Jura. Elle a un rôle de réflexion, d’impulsion et d’accompagnement des projets transfrontaliers menés sur son territoire. Les activités de la CTJ couvrent le territoire de l’Arc Jurassien et de nombreux domaines d’action en lien avec les compétences de ses membres. Elle a pour objet de renforcer la coopération et la coordination entre les institutions politiques et administratives de part et d’autre de la frontière.  

Afin de prendre en compte ces changements et d’orienter efficacement l’action publique transfrontalière au cours des années 2016-2020, les co-présidents de la CTJ ont souhaité partager un diagnostic territorial, se doter d’une stratégie volontariste et renouveler la gouvernance des coopérations transfrontalières. Pour ce faire, avec l’appui de la MOT,  la CTJ a élaboré de 2013 à 2015 des priorités stratégiques et réorganisé sa gouvernance pour apporter plus d’opérationnalité à la coopération transfrontalière.

La stratégie 2016-2020 se décline en quatre thématiques : le développement économique, les mobilités et les échanges, la gestion de l’espace et des ressources naturelles, et le vivre-ensemble. Elle propose ainsi une grille de priorités thématiques et une nouvelle gouvernance transfrontalière qui permettront de mieux structurer les territoires de coopération et de soutenir l’émergence de projets locaux.